Triathlon de Carnac

Dimanche 20 septembre avait lieu le triathlon de Carnac dans le Morbihan. Cette course était l’objectif de ma courte saison, et ma seconde expérience sur un format M.

A 13h30 je commence mon échauffement, un tour à vélo, je m’installe dans le parc et tombe sur Karim, un tour à pied et je tombe sur Jean-Luc, Couëron sera bien représenté sur la course, un échauffement natation à sec, un petit tour à l’eau et je me place sur la ligne de départ.

Il y a un beau soleil, peu de vent, la mer est calme, l’eau à 17-18 degrés, on va être bien. Il y a deux sas de départ, un féminin et un masculin. Ma stratégie consiste à me placer à une extrémité du sas homme pour profiter des quelques mètres de course sur la plage et rejoindre le sas femme pour nager plus tranquillement. Stratégie payante car après 200 mètres je suis seul en tête sur la partie gauche du peloton. Première bouée cela se resserre, je prends un coup de pied dans le visage. Deuxième et troisième bouée en épingle, c’est toujours un peu le raffut mais les 1 500 mètres de natation se passent globalement bien et je sors 26ème en 24’49.

Première transition après une remontée en courant sur la plage, j’enlève la combi, j’enlève la combi, j’enlève la combi… Satanée combi tu vas t’enlever ! 1’13 dans le parc à vélo quand le premier ne met que 44 secondes, pas assez rapide mais je me rassure en me disant que la T1 a moins d’importance au final sur un format M que sur un format S.

Le circuit vélo est plat, il comporte trois boucles sans difficulté majeure mais avec pas mal de relances, j’ai donc bien travaillé les sprints courts cet été pour repartir fort après chaque virage. Je me fais vite rattraper par la première féminine, je me place dans son sillage à distance réglementaire (course sans drafting), elle roule fort. Je la dépasse, elle me redépasse, je la reredépasse… D’un niveau similaire on va se côtoyer tout le premier tour. Au deuxième tour on est rejoint par trois autres triathlètes, on va faire la boucle tous ensemble toujours en ligne de mire l’un de l’autre. A cinq kilomètres de l’arrivée je récupère ma montre gps accrochée sur mon vélo pour la mettre à mon poignet, je voulais pouvoir avoir des repères sur mon 10 km à pied. Grave erreur, je perds du temps à me concentrer pour enfiler la montre sans la faire tomber, le petit groupe s’éloigne et je ne parviendrai jamais à le recoller. Je vois le parc à vélo et là seconde erreur, je me trompe d’entrée (manque d’attention lors du briefing d’avant course, bien fait pour moi), il me faut remonter sur mon vélo, faire le tour du parc pour enfin poser ma machine. Les 40 km bouclés en 1h03’52 soit près de 38 km/h de moyenne, je suis 23ème quand j’enfile les baskets.

45 secondes pour la T2, 34 pour le plus rapide, c’est bien. Le groupe que j’ai perdu à la fin du cyclisme pointe à 50 secondes devant, il est conséquent puisqu’il comporte les triathlètes de la onzième à la vingt-deuxième place.

Trois boucles à pied sur le bitume le long de la mer m’attendent. J’appréhende cette épreuve, ai-je la caisse pour faire 10 km à bonne allure après déjà une heure et demie d’effort ? Ma jambe droite, blessée depuis quatre ans, va-t-elle tenir le choc ? Je me lance, il fait chaud, je ne raterai aucun des trois ravitaillements du circuit. J’aimerais intégrer le top 20, j’ai une bonne vitesse, je double quelques coureurs. A chacun des trois tours on récupère un collier jaune, puis un collier rouge. Je double énormément de monde mais ils ont toujours un collier de retard, les vingt premiers vont très vite, il ne faut pas rêver, avec seulement 3 mois d’entrainements en course à pied je ne peux pas faire des miracles. Plusieurs fois je croise Jean-Luc et Karim, on s’encourage, on se tape dans la main, c’est très motivant ! Le public, en nombre, aide aussi à se surpasser. La ligne d’arrivée en vue, ça y est !

Avec une course à pied en 39’24 je me classe finalement 22ème en 2h10’05. J’ai tout donné, je vacille après la ligne d’arrivée, j’ai fait de mon mieux, quel joie de revenir à la compétition, je me suis surpassé. Le top 20 n’était pas loin, j’aurais pu le faire, ce sera ma motivation pour revenir plus fort l’année prochaine, mais d’abord place à 3 semaines de coupure pour terminer ma saison 2015 🙂

 

11228062_10207728078982931_5756459891175725738_o - Copie

Lien Permanent pour cet article : https://www.tricoueron.org/tsc/2015/09/triathlon-de-carnac/

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.