Triathlon de Villevêque

Bonne résolution de la dernière AG : les récits de course 🙂

IMG_0707

Le 5 septembre dernier avait lieu le 26ème triathlon de Villevêque (près d’Angers). Quatre ans jour pour jour que je n’avais pas pris le départ d’un triathlon (Villevêque 2011), autant dire que je me lançais presque dans l’inconnu.

A 10h départ de ce triathlon S, je me place juste derrière le futur meilleur temps de la natation, bonne idée mais je ne suis pas capable de tenir ses pieds plus de 100m. Ma plus grande angoisse est d’être pris dans la machine à laver, de prendre des coups, de perdre mes lunettes et du temps. Mais j’arrive à éviter le bouillon et atteint la première bouée sans trop d’encombres. J’en profite pour jeter un coup d’œil sur la tête de course, ils sont déjà loin et nombreux (je compte à peu près 20 triathlètes devant moi), il va falloir que je me bouge un peu sur le retour pour rentrer dans le top 10 que je me suis fixé comme objectif. Libéré du tumulte du départ, j’arrive enfin à poser ma nage et remonte plusieurs nageurs. Je sors 12ème de l’eau à 1’36 du premier.

Première transition, c’est là que je ressens le manque de compétition de ces dernières années, perte des réflexes, des automatismes, je passe 1’35 dans le parc à vélo (le plus rapide 51 secondes, il y a là du temps à gagner).

Le départ à vélo n’est pas simple, une courte côte entre 10 et 15 % suivi d’un long faux-plat. Arrivé en haut je passe la plaque et pose les mains sur le prolongateur et c’est parti pour une boucle de 20 km sur un circuit plutôt plat mais avec plusieurs relances. Première surprise je me fais doubler par un tas de petits jeunes, pas d’affolements je les garde dans le viseur et les dépose autour du dixième kilomètre, partis trop vite les gars ? 😉 Sur le parcours je me fais doubler par quatre avions de chasse, grâce à eux je me réveille, je me place dans leur sillon (à distance réglementaire) et m’accroche le plus longtemps possible.

Retour dans le parc à vélo, je compte le nombre de vélo déjà rentrés, dix, j’ai gagné une place avec un vélo « correct mais sans plus » à 36 km/h (23ème temps). Encore un gars à doubler et je l’aurai mon top 10. Je pose la machine, enfile les baskets, le tout en 53 secondes (43 secondes pour le plus rapide c’est pas mal).

Qu’est-ce que vont donner ces 5 km à pied ? Quatre ans que je jongle avec les périostites, fractures de fatigue et syndrome de l’essuie-glace… Seulement deux mois d’entrainement à pied dans les jambes… Le départ est très technique, plusieurs lacets dans un champ, le tout en pente ! Puis on reprend la bosse de départ du cyclisme, je me sens bien, je double assez rapidement deux des avions de chasse du vélo. Ma jambe a l’air de tenir et j’en ai encore sous le pied, malheureusement il n’y a plus grand monde autour de moi aux avants postes pour me stimuler (problème de riche ^^). Je ne me fais doubler qu’une seule fois sur le parcours pédestre, mais impossible de prendre sa foulée (il bouclera les 5 km en 17’32). La ligne d’arrivée se rapproche, personne devant, personne derrière, je profite de la bonne ambiance avec un public nombreux. Près de 16 km/h à pied, le 12ème temps de la discipline, aucune douleur, je crois que c’est reparti 😀

Je finis 9ème sur 317 finishers (podium sénior pour ma première sous les couleurs de Couëron), très heureux de ce résultat mais surtout de mes pépins physiques envolés et de ce retour à la compétition. Un peu déçu car je ne finis pas cramé, il y avait possibilité de faire mieux mais pour cela il faut que j’apprenne à me dépouiller même quand je n’ai personne dans le viseur. Prochaine échéance le triathlon M de Carnac le 20 septembre, deuxième expérience sur cette distance, donc à nouveau presque l’inconnu !

Lien Permanent pour cet article : https://www.tricoueron.org/tsc/2015/09/triathlon-de-villeveque/

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.